Prélèvements ADN dans le cadre d’une enquête judiciaire

C'est dans le cadre d'un enquête judiciaire ouverte en octobre 2013, que le lundi 14 avril 2014, des officiers de police pratiquent des tests ADN sur plus de 500 hommes d'un lycée catholique de La Rochelle.
Ainsi 475 élèves et 52 professeurs et membres du personnel présents le jour des faits se soumettent à des prélèvements buccaux suite au viol d'une des élèves survenu 7 mois plus tôt dans les toilettes de l' établissement privé Fénelon-Notre-Dame. La jeune fille de 16 ans n'avais pas pu décrire son agresseur, le viol ayant été commit dans l'obscurité. La police judiciaire a donc décidé d'employer des moyens plus importants en comparant l'ADN prélevé sur les vêtements de la victime avec les profils masculins du lycée.

Si la piste venant de l'intérieur est privilégiée par les enquêteurs, car l'agresseur semblait connaître les lieux, il est possible que le violeur se soit introduit discrètement dans l'établissement.
Afin d'apporter un soutien aux parents et aux élèves, une cellule psychologique a été mise en place depuis vendredi, néanmoins ce dispositif ne permet pas de répondre aux angoisses de chacun qui devront patienter encore quelques semaines pour connaitre le résultat des tests.

Une attente qui s'ajoute aux 6 mois d'enquête menés en toute discrétion pour ne pas engendrer de psychose selon les enquêteurs et qui n'ont abouti à aucune piste sérieuse. De plus parents et élèves n'ont été informés qu'en fin de semaine de l'intervention de la police des les locaux pour des prélèvements d'ADN.

Ce type de procédure est extrêmement rare dans l'histoire judiciaire française et le caractère exceptionnel de cette mesure est due à la loi française qui donne le droit de refuser ce test génétique. Cependant le procureur a indiqué que les réfractaires pourraient être placés en garde à vue et considérés comme suspect dans cette affaire. Le dernier cas recensé étant le viol et le meurtre de la collégienne anglaise Caroline Dickinson, en août 1997 dans la ville de Pleine-Fougères; 3 600 tests ADN avaient été réalisés.

Les commentaires sont fermés.